domingo, agosto 12, 2007

Arizona, août 2007

Nous sommes arrivés à Phoenix le 4 août, après un mini tour du Canada et des États-Unis (lol) qui nous a menés de Montréal à Toronto à Denver puis finalement à Phoenix. Notre valise a beaucoup aimé Denver; elle a décidé d’y rester un brin et de ne prendre que le vol suivant... Il a fallu la courir et retourner à l’aéroport, mais nous l’avons au moins reçu la même journée.

Les deux premières journées de notre séjour ont été familiales, avec la famille du cousin de mon homme qui nous hébergeait, de même que mes beaux-parents, mon beau-frère (frère de mon chum), ma belle-sœur et mes deux nièces, qui étaient partis de Torreón la veille en voiture (environ 16 heures de route). Ma belle-famille a ensuite continué sa route vers Los Angeles, et nous sommes partis vers le nord de l’Arizona.

Vue de l'autoroute


Premier arrêt, le château Montezuma, un petit site archéologique autrefois habité par des chasseurs-cueilleurs sinagua (« sin agua » signifie « sans eau », en espagnol). Le «château» n’est plus ouvert aux visiteurs, mais on s’y plaît à imaginer comment vivaient les habitants de cet immeuble niché dans la montagne.


Puis nous sommes arrêtés à Sedona, une petite ville de factory outlets et de boutiques d’«artisanat autochtone» made in China s’il-vous-plaît, qui n’aurait pas trop d’intérêt si elle n’était pas située en plein cœur d’un environnement unique et impressionnant.



Church of the Holy Cross

Avec cette vue, c'est sûr qu'on n'écoute pas la messe, loll


Après un bon repas (bon, faut le dire vite... c’est quand même les États-Unis, réchauffé micro-ondes, haricots en conserve et portions inutilement gargantuesques), nous sommes allés marcher et admirer la nature au Red Rock State Park. Malgré la chaleur écrasante, nous nous sommes laissé porter par la beauté des lieux. Nous n’avons rencontré que cinq autres marcheurs sur les sentiers; j’adore ce sentiment de plénitude que la nature offre.





Puis, le soleil commençant à tomber, nous nous sommes dirigés vers Flagstaff, dont je vous parlerai plus loin, pour dormir, dans un petit hôtel sur la route historique 66, juste à côté de la voie ferrée où passent nombre de trains à toute heure du jour et de la nuit, loll.

Le lendemain, direction rim Sud du Grand Canyon. Le soleil tapait dur ! Mais comment vous décrire... Impressionnant ? Grandiose ? Magistral ? Magnifique ? Majestueux ? Même mon dictionnaire des synonymes manque de mots, hihi. Il faut vraiment que vous vous y rendiez. Nous ne sommes pas descendus dans le canyon, pas même un tout petit peu; nous avons préféré, pour cette première visite, l’admirer d’en haut. Nous avons d’ailleurs manqué de temps et n’avons pas pu parcourir toute la rim Sud en une journée.











Le canyon est grand, mais le monde est petit... Nous avons bien entendu rencontré tout à fait par hasard une connaissance déménagée récemment à Los Angeles !

À la tombée de la nuit, nous avons quitté à contrecœur ce paradis. Nous avons dormi à Williams, la ville autoproclamée la « porte du Grand Canyon ». Cette ville est un véritable musée à ciel ouvert de la fameuse route 66.

Le lendemain, dilemme : retourner au Grand Canyon ? Visiter Flagstaff ? L’Oak Creek Canyon, près de Sedona ? Puisque nous ne voulions pas revenir trop tard à Phoenix, nous avons décidé d’aller visiter un site archéologique près de Flagstaff, le Elden Pueblo Heritage Site. Le site est en plein développement, et peu de ruines ont été excavées. Lorsque nous y sommes allés, il n’y avait absolument personne, mais des recherches sont en cours. Dans quelques années, il vaudra peut-être le détour. En attendant, il n’y a pas grand-chose, aucune explication, et, malheureusement, aucune surveillance.

Nous avons donc gagné le centre-ville de Flagstaff. J’ai été charmée.
Nous nous sommes promenés et avons bouquiné dans une librairie de livres usagés (où je n’ai pas pu résister à la tentation d’acheter trois livres de recettes, loll, soit The New Southwest Cookbook, Frida’s Fiestas et Vegetarian Planet – je vous en donne des nouvelles bientôt). Puis nous nous sommes arrêtés prendre un apéro au Flagstaff Coffee Company, une micro-brasserie où la bière est délicieuse et où l’on peut déguster « a French-Canadian delicacy », et j’ai nommé la poutine ! Et en voici la preuve.

Nous sommes ensuite retournés tranquillement à Phoenix, par la route 179 (il me semble que c’est le bon numéro), bordée de majestueux pins.

Dernière journée en Arizona, visite du downtown Phoenix, en particulier le quartier Copper Square. Ville relativement récente, elle n’a pas le charme des villes historiques de la Nouvelle-Angleterre, mais elle mérite tout de même qu’on lui accorde deux ou trois jours (si l’on visite les musées).

Esplanade du Théâtre Herberger

Stade de baseball

Nous avons d’abord visité la maison Rosson, l’une des premières maisons construites à Phoenix, très bien restaurée.

Puis, tout juste à côté, le musée d’histoire de Phoenix.

L’Arizona ne figurait pas dans ma liste de voyages prioritaires, loll, et je n’aurais jamais pensé connaître cet État avant la Californie ou la Louisiane... Mais j’ai été charmée par ses beautés naturelles et humaines. On s’y sent même un peu comme au Mexique. Un beau séjour !

2 comentarios:

Katia dijo...

Je dois avouer que je ne suis pas une grande fan des États-Unis, mais tes photos sont vraiment superbes ! Quels paysages !

Torreón dijo...

Merci :)

Lolll, moi non plus, pas une grande fan des États-Unis. Mais bon, le but du voyage était d'abord de visiter la famille de mon chum...

Au moins, nous sommes allés à Cuba en mai, hihi, ça compense ;)

Il faudrait d'ailleurs que j'ajoute les photos...