miércoles, septiembre 05, 2007

La Havane

En mai-juin dernier, mon homme et moi sommes allés passer une (trop) courte semaine à La Havane.

Nous avons eu de la pluie presque tous les jours, mais pas toute la journée, heureusement. Rien de grave, par contre, nous avons visité beaucoup de musées. Et la pluie était quand même bienvenue : le soleil tapait fort et c’était très, très humide.

Au début, je dois avouer que je ne savais pas si j’aimais La Havane ou non, hihi Mais, depuis mon retour, je n’ai qu’une envie : y retourner ! Il aurait fallu que nous y restions un peu plus longtemps, pour laisser passer le choc culturel.

La famille de la casa particular où nous avons séjourné était vraiment géniale. Nous avons passé des soirées à jaser et à prendre un verre avec eux, même de politique, en chuchotant, hihi Toutes les idées étaient représentées, de la petite grand-mère de 87 ans qui ne jure que par Fidel et le communisme, et selon laquelle il n’y a aucun problème à Cuba, au mari de la propriétaire qui a bien hâte que le barbu pète et que les Américains débarquent.

Voici donc un petit tour de ville.

Le quartier chinois de La Havane

L’un de nos fameux « bus jaunes » dans les rues du Centro Havana

Le callejón de Hamel est une ruelle du Centro Habana qui constitue une véritable galerie à aire ouverte pour célébrer l’art afro-cubain.



Les bancs du callejón sont d’anciennes baignoires coupées en deux et peintes.

Édifices du Centro Habana

Le malecón

El Morro

Quelques photos du Musée de la Révolution, édifice qui était, de 1913 à 1920, le palais présidentiel.



La salle des miroirs

Zoom sur les peintures et le dôme de la place centrale du musée.

Le Rincón de los cretinos, ou le « coin des crétins », un mur « en l’honneur » des pires ennemis de Cuba, soit Batista, le dictateur que Fidel a fait tomber, Ronald Reagan et George Bush père.

La place du 13 mai, depuis la salle des miroirs du Musée de la Revolución

Je m’attendais à trouver des statues et des peintures de Fidel un peu partout dans la ville. Curieusement, il est totalement absent. On voit davantage de peintures du Che et de Cienfuegos, autre héros de la Révolution cubaine, et même d’Abraham Lincoln. Par contre, quelques citations du líder máximo sont peintes sur les murs.



Le capitole national, siège du Congrès cubain jusqu’en 1959.

L’Université de La Havane

La Tribuna Anti-Imperialista, érigée devant le US Interests Office (Bureau des intérêts états-uniens) pendant l’affaire Elián González . On l’appelle aussi le « protestodrôme ».

Le monument à José Martí, père de l’indépendance cubaine.


Et juste en face, le ministère des Affaires intérieures.

El Hotel nacional, hôtel de grand luxe du quartier Vedado construit dans les années 1930.

La cathédrale, dans le quartier de la Vieille Havane.

La Plaza Vieja, la vieille place, où l’on voit le contraste entre les édifices rénovés et ceux qui le sont moins ;-)

Et la même vieille place depuis la photothèque de La Havane.

Vue de l’édifice Bacardi.

La Havane est une belle ville, mais, vous l’avez sans doute remarqué, en raison du manque de ressources financières et matérielles, beaucoup d’édifices sont vétustes, surtout dans le Centro Habana, où était située « notre » casa particular. Par contre, beaucoup ont été rénovés et sont très beaux. Et les gens sont souriants, les femmes, très belles, et on entend de la musique tout le temps. La ville a une trame musicale, comme un film, c’est magnifique...

Je pourrais terminer ainsi en laissant sous silence la situation sociale et politique... Comme tout est politique à Cuba, c’est presque impossible, mais j’y reviendrai. Le rationnement, l’embargo, les inégalités, les deux devises, le manque de tout, j’en aurais pour des heures...

2 comentarios:

Benoît Wagner dijo...

Je partage votre impression : au début, on ne sait pas si on aime La Havane. Et puis on repart en s'apercevant qu'on laisse derrière soi une vieille cité bourrée de paradoxes dont on est tombé amoureux.

Rogère dijo...

Jolies photos!
Si je peux te suggérer une petite lecture qui te ramènera au coeur de La Havane... Trilogie sale de La Havane de Pedro Juan Gutierez (je ne trouve pas le livre, je ne suis donc pas certaine de l'orthographe du nom de famille). Je préfère tout de même souligner qu'il y a SALE dans le titre du livre et que ce n'est pas La Havane des touristes que l'auteur nous fait visiter... ce sont plutôt les maisons en ruine, les bas-fond, la prostitution, les petites anarques, la pauvreté... C'est assez particulier mais moi j'ai adoré.